Tony Orrico et Dan Miller

Intérieur / Extérieur

Au croisement entre dessin et performance, les Penwald Drawings de Tony Orrico naissent de l’utilisation même de son corps comme outil de création. Artiste “outsider”, Dan Miller, lui, superpose les couches successives d’écriture jusqu’à l’illisible. Quand le médium artistique se fait extension du corps de l’artiste pour mieux brouiller les lignes d’un geste spontané.


Œuvres : Tony Orrico et Dan Miller
Narration liante : Jack Tone

À la recherche de la surface
Nous atteignons le point cardinal inconnu vers l’ailleurs
Au corps à corps avec les lignes / En pensant à ce que chacun peut penser lorsque l’on nous observe
Face à la place que nous occupons / En répétant les mouvements nous atteignons la surface
En nageant patiemment dans les courbes / En brassant l’intérieur de nos propres intérieurs
Nous traitons avec la gravité du début à la fin
Les dimensions droit devant / Si proches d’abord, si lointaines ensuite
Nous sommes les guides inavoués nommés pour l’action de vos sens
À la recherche de la surface
Recourant à la répétition venue des profondeurs
Au corps à corps avec les lignes nous signons chaque danse que nous pratiquons
Ici nous sommes sur vos murs
Mais nous venons de larges et blanches étendues
Et nous en serons
À jamais

Tony Orrico réagit
« guide inavoué » / ligne / faire d’un jeu une doctrine
Déclaration d’espace / L’idée est immortelle
Je chante :
insseeeaarrcchoffthu
weeeeeeddaalwiittttthhhgggrrvyfoombiinnnn
Bbutweeeecoommffrrolllaagnkids
(vibration)

Dan Miller réagit
À la vue de la confrontation visuelle que nous lui avons présentée, Dan Miller a répondu par un dessin.


Tony Orrico, Penwald : 2 : 8 circles : 8 gestures (LP’11, CCCB, Barcelone), 2011.
Photo : Michael Hart, avec l’aimable autorisation de Tony Orrico et de la galerie Shoshana Wayne.
Cherryl Dunn, Sans titre (Dan Miller au travail).
Avec l’aimable autorisation de la galerie Christian Berst