Nigel Dickinson et Jean-Marc Kuntz

Les vrais rois

Photo-reporter britannique, Nigel Dickinson s’intéresse aux questions de l’identité, de l’environnement et à l’autodétermination des peuples marginaux. Il a vécu avec les mineurs de charbon en grève contre Thatcher, avec des indigènes de Bornéo en lutte contre la déforestation, dans les décharges publiques de Phnom Penh et avec les Roms du monde entier. La sensibilité de Jean-Marc-Kuntz s’exprime librement à travers les gens et embrasse naturellement les paysages, parfois vus du ciel ou bien en pleine chute. « Photographe autodidacte, j’aime particulièrement la photo de reportage qui permet de retranscrire le ressenti lorsqu’on observe le monde environnant. » Quand 1 + 1 = autre chose.


Photographies : Nigel Dickinson & Jean-Marc Kuntz
Narration liante : Sébastien Bonnaire

Mark Twain a écrit : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. » Je rejette le prédéfini, la sanction laissée par des générations d’égoïsme et de pensée à court terme, le poids de l’inné et la fausse liberté de l’acquis. Je crache sur la carte d’identité génétique et sociale. Je veux que le chat de Schrödinger gouverne le monde. Chat antisocial. Je ne veux plus que mon vote blanc soit considéré comme une abstention. Je veux donner le pouvoir à celui qui ne le réclame pas. Je veux être jugé sur les moyens que je me donne et pas sur mes performances. Je veux offrir le prix Nobel de la paix à l’inventeur du courage. Les derniers seront les premiers et chaque homme sera son propre maître. Les fous sont les vrais rois et les rois sont définitivement fous de croire qu’ils le sont. Les hommes sont libres et égaux en droits mais pas en contraintes. La justice n’est pas un concept naturel. C’est une utopie qui mérite largement d’être malmenée. Nous avons besoin de celui qui consacre son énergie à mouler le monde sur son coeur plutôt qu’à travailler sa propre image. Nous avons besoin de celui qui donne beaucoup d’amour sans en recevoir autant, quelqu’un aimé par moins de nos semblables, mais mieux.

Nigel Dickinson réagit
« Il s’agit d’une jeune femme militante écologiste, pieds nus, en débat avec un policier anglais. Le débat porte sur l’environnement. Une manifestation contre le programme du gouvernement britannique qui voudrait construire des autoroutes à travers le pays, rayer des cartes ces SSI (sites d’intérêt scientifique) ainsi que des communautés vivant sur les routes. Ce mouvement “écoguerrier”, qui date du début des années 90, fut un prédécesseur du mouvement antimondialisation. » Twyford Down, Angleterre, 1992.

Jean-Marc Kuntz réagit
« Tout d’abord, je suis resté un moment sans voix devant la construction visuelle des deux photos et du texte qui l’accompagne. Je retiendrais un mot dans le texte : “ courage ”… Offrir le prix Nobel à l’inventeur du courage me semble être une très bonne chose. Je pense que tout homme doit trouver dans le courage, sans rien attendre de l’extérieur, la force d’accomplir son « métier » d’homme et de citoyen en accomplissant la fonction que la nature lui donne et en assumant le rang qui est le sien dans la communauté. »