Rencontre avec Julien Colombier

Un tableau noir, plusieurs possibilités

Inspiré par les arts urbains, il combine éléments graphiques et figuratifs et s’amuse des répétitions. Sans limites fixes, l’artiste travaille sur tous supports : papier, murs, fenêtres… Il est aussi designer textile et crée du motif. Artiste graphique, Julien Colombier investit le quotidien comme un terrain de jeu. Pour preuve, il nous dévoile le mur de sa chambre où il laisse son inspiration s’exprimer. Un tableau noir, de la craie : le champ des possibles est ouvert.


Rencontre avec Julien Colombier
Propos recueillis par Anna Serwanska

« Quand j’ai emménagé dans mon appartement il y a deux ans, j’ai installé un grand tableau noir qui me sert de testeur au niveau de l’inspiration aussi bien que du format (il doit faire 200 x 230 cm). Cet espace me permet aussi d’être totalement immergé dans une idée graphique que je peux développer ensuite dans mon travail sur papier (sans que cela soit systématique). J’utilise la craie parce que c’est pratique et pas cher, mais surtout parce que ça s’efface. Il m’est impossible de vivre avec des œuvres à moi sur le mur, enfin pas longtemps… après j’ai besoin que le tableau évolue. Ce qui est drôle, c’est que j’avais fait ce mur comme ça, juste pour m’amuser, mais ça a complètement changé mon style. Ça m’a tellement plu que j’ai presque arrêté la toile et l’acrylique pour me mettre au pastel sur grand papier, mais surtout j’ai adopté le fond noir au lieu du blanc… révolutionnaire. À l’inverse du blanc, sur le noir tu fais ressortir les formes grâce à la lumière que tu dessines en clair, l’ombre est déjà là, c’est le fond. Du coup, des fois j’ai l’impression de sculpter. »