Jadwiga Kania
Perspective 0

Perspective 0

Quand un instantané capté au hasard dans le flux incessant des passants d’une rue d’une mégalopole chinoise fait l’objet d’un décryptage en règle. Passage en revue de détails.


Photographie : Jadwiga Kania
Décryptage : Catherine Minot

Dos et faces
Il y a trois dos decrescendo du centre vers la gauche. Deux personnages de face aussi. La jeune femme à droite a les yeux baissés tandis que le cycliste à gauche porte des lunettes noires. Pas de regard, aucun jeu avec l’objectif.
Chaussure, jambe, pied
Ce cycliste porte une chaussure noire, de ville, avec une chaussette. Le gars en pyjama au centre a des claquettes en plastique qui lui laissent le pied nu. À droite, la jeune femme est en sandales ouvertes, peut-être avec des talons. Une jambe lui appartient sans conteste, l’autre dépasse du meuble en bois dont les pieds semblent flotter. Cela ressemble à la description absurde d’un rêve absurde.
Couleurs et motifs
Ce pyjama à carreaux bleus et blancs se prolonge sur son côté droit par des rayures roses qui rebondissent sur un sac à motifs floraux, sac précisément rose et bleu. Au loin un parasol multicolore, plus exactement un demi-parasol.
Lignes
S’il y avait une ligne de fuite, elle serait là – bouchée par cette tête, cette nuque qui ne dit rien, ne me dit rien. Pas de regard, pas d’ouverture mais des dos et des absences, voilà ce que raconte cette photo. Absence de direction, de contact et d’avenir. Lassitude d’être un corps debout dans une masse esseulée, au milieu des fragments d’une symbolique vacante.

Jadwiga Kania réagit
« C’est drôle car, à suivre ces détails fléchés, on en perd de vue le sujet central : le pyjama. Car l’homme qui marche tranquillement dans la rue, un enfant dans les bras, est en pyjama. Des pyjamas se promenant dans les ruelles des huttongs de la capitale chinoise, on en voyait souvent. Cette mode apparemment improbable n’en était pas une. C’est qu’il fallait sortir de chez soi pour se rendre aux toilettes collectives. D’un espace intime à un autre, l’espace public ne servait que d’interlude. Cette photo fut prise dans le quartier de Xianmen, au sud de la place Tienanmen. On voit déjà les buildings grignoter le paysage. Ces huttongs ont été rasés un peu avant les JO de 2008. »