Rencontre avec les Forces du désordre

Teuf, teuf… réquisitions

21 mars 2012, quelque part dans Paris. Après un échange de mails et plusieurs coups de fil, je parviens enfin à m’entretenir avec un membre de l’une des bandes les plus aventureuses de la capitale. Maîtres de la secret party à la française, les Forces du Désordre rebaptisent depuis déjà six mois Paris en cité de la teuf interdite.


Rencontre avec Les forces du désordre
Raconté par Jack Tone

L’idée est simple. Après avoir repéré un lieu et en avoir contourné les obstacles de type vigile / caméra, l’investir. Le temps d’une nuit folle au nez et à la barbe des marchands de soirées hors de prix sur leurs propres terres. La banlieue ? Trop facile. Il faut de l’enjeu, des risques. La gestion du public ? Beaucoup sont séduits par le caractère inédit de ce genre d’événement, et parce qu’il faut toujours s’adapter aux exigences du lieu investi, il faut que le nombre d’invités soit, selon le cas, limité ou non. Comment s’y rendre ? Les réseaux sociaux ? Ce n’est pas leur truc non plus. Il faut les pister, trouver leurs invitations sérigraphiées abandonnées dans les recoins de Paris. Il faut ensuite accepter de sacrifier cinq euros pour la bonne cause avant d’arpenter encore les égouts, grimper des échelles approximatives, se demander encore comment il faudra sortir en cas d’intervention policière… Mais le jeu en vaut la chandelle. Les lieux réquisitionnés sont toujours aménagés pour la circonstance et l’ambiance suit comme nulle part ailleurs dans le cadre normé des plaisirs nocturnes de la capitale.